Ambierle

Dans ce pays discret, déserté par les foules,

Où de bons vignerons coulent des vins heureux,

L’antique prieuré dans son ocre pierreux

Brille sous le soleil.

De pieux bâtisseurs voulaient construire un moule

Fait d’une ogive fine au galbe merveilleux,

Encastrant des vitraux aux reflets somptueux

Dans le temps de l’éveil.

Moule pour un retable où les heures divines

Montrent les donateurs, très richement vêtus,

Sagement à genoux.

Pour plaire au Dieu de gloire ils n’ont pas mis d’hermine

Espérant que leur don forgerait leur salut.

Tous les saints sont au rendez-vous.

                                                                                                                                                

Robert PARRON

Le Salon des Poètes de Lyon

2ème Prix Mignardises 2008

Extrait Recueil "Javelles des champs"